ETUDE : PROFITER DE LA COMMUNICATION POUR SERVIR L’ACTION SOCIALE POUR LE BIEN COMMUN.
INTERACTIONS HUMAINES ET SOCIALES MEDIATISEES

LA COMMUNICATION MEDIATIQUE :
INTERACTIONS HUMAINES ET SOCIALES MEDIATISEES DANS LE CADRE DU PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT DE L’ACTIVITE MEDIATIQUE DES ASSOCIATION DU NOUVEAU SIECLE !


INTRODUCTION décrypter, analyser, étudier et comprendre la communication du nouveau siècle.

Comprendre le mécanisme communicationnel, s’en servir avec toutes les opportunités qui se présentent dans cette époque de Grand Reset.


Il existe, en Sciences de l’information et de la Communication (SIC science de l’information et de la communication), un consensus auquel nous adhérons à l’AMS , qui considère la communication médiatique comme un processus constitué de trois pôles en interaction : la production, le dispositif et la réception, se réalisant au sein d’un ensemble de contextes. En effet, les SIC, intègrent « l’étude, d’une part, des processus, des productions et des usages de l’information et de la communication, d’autre part, de la conception et de la réception de celles-ci. Ainsi que l’étude des processus de médiation et de médiatisation ». Les chercheurs de la discipline s’accordent généralement pour penser qu’une étude communicationnelle portant sur la globalité d’un phénomène médiatique s’intéresse aux trois pôles.

Etudier les phénomènes médiatiques nécessite de réfléchir aux intentions de communication et aux objectifs propres aux producteurs et diffuseurs de contenus et discours, liés à différents contextes. Tous médias et contenus médiatiques sont en effets conçus et diffusés par des organisations pour réaliser des objectifs de natures différentes : par exemple, divertir les publics de l’organisation médiatique (films, émissions de divertissement ou autres), réaliser des programmes sociaux ou socio-économiques de bien public ( informer par les JT ou émissions spéciales en cas d’événements mondiaux, sensibiliser par des documentaires ou émissions de vulgarisation), influencer les individus avec des contenus persuasifs explicites (publicité, communication politique), implicites (blogs construits par des organisations) ou de bienq publicq (campagnes de sécurité routière) mais surtout créer une application mobile qui draine un maximum de clics tellement inévitable de nos jours.


0 Comments

Leave a Reply

Avatar placeholder

Your email address will not be published.

en_USEnglish