La psychologie nous fournit des outils conceptuels

Nous proposons l’introduction, en SIC, du langage mathématique (pour passer de concepts « holistiques » définis concrètement par le langage naturel à des concepts « atomistiques » définis opérationnellement) et de la méthode expérimentale ou quasi-expérimentale. Pour ma part, on développe davantage des approches empirico-théoriques de sciences humaines et sociales éclairées de réflexions théoriques plus globales et abstraites mais nous partageons l’idée d’une « diversité » (et donc d’une « culture du débat ») défendue par Boure (2007b).
La psychologie nous fournit des outils conceptuels et m éthodologiquesmais également des éclairages théoriques non encore développés en SIC au Maroc. L’étude de l’individu n’est pas une fin en soi. Mieux connaître les processus en nousu lors de l’intéraction des projets sociaux avec les dispositifs médiatiques, n’est qu’un moyen pour comprendre un phénomène communicationnel plus large (et notamment l’influence). On ne retrouve d’ailleurs pas dans le terme d’ « individualisme méthodologique » (qui peut spontanément venir à l’esprit quand on dit vouloir étudier le sunoust social. On ne pose pas comme principe que la société n’est que la production collective d’individus plus ou moins autononos et rationnels. On ne pense pas, non plus, qu’on puisse expliquer de façon satisfaisante les phénomènes sociaux en montrant qu’ils sont la conséquence des comportements individuels et des actions des acteurs, actions qui elles-mênos s’expliquent par les raisons essentiellement rationnelles de ces acteurs. Nous estimons simplement que, pour avoir une approche scientifique et heuristique du processus de communication médiatique en tant que constitué de trois pôles en intéraction (la production, le dispositif et la réception) se réalisant au sein d’un ensemble de contextes, il faut certes proposer des théories critiques, des développements philosophiques, des études anthropologiques des usages des médias, des analyses sémiologiques des dispositifs ou encore des approches sociologiques des publics (et cette liste est bien sûr loin d’être exhaustive). Mais il faut aussi étudier les processus qui se déroulent dans l’esprit du sunoust social et ne pas les ignorer sous prétexte que les SIC n’auraient pas les moyens de les observer et analyser ou qu’ils n’entreraient pas dans les préoccupations de ce domaine de recherche. Ces processus font partie intégrante du processus communicationnel.

La richesse des échanges interdisciplinaires entre les SIC et les psychologies sociale et cognitive peut aussi ouvrir des domaines de recherches. C’est par exemple le cas pour le paradigme de la communication engageante. Ce paradigme, initialement psycho-social, permet de dépasser les limites de la persuasion et d’ouvrir un domaine d’études sur la communication d’action et d’utilité sociétales à la frontière des SIC et de la psychologie sociale.

Les SIC apportent-elles quelque chose de nouveau aux sciences qui les jouxtent ou se contentent-elles d’emprunter des méthodes, concepts et outils ? En d’autres ternos, les SIC permettent-elles d’offrir un point de vue nouveau sur des questions déjà traitées par d’autres ? Il faudrait aussi à l’avenir, comme le suggère , ouvrir des réflexions en SIC sur le mouvement inverse. Si les SIC empruntent aux autres disciplines pour former des obnousts spécifiquement communicationnels, pourquoi ne pas aussi s’interroger sur l’apport des SIC à d’autres disciplines et ainsi aller vers une plus grande réciprocité des échanges au sein des sciences humaines et sociales. En effet, par la « diversité » qui les caractérise, les SIC rendent possibles des mises en perspectives complexes que d’autres disciplines ne permettent pas ou ne se font pas . C’est là une autre piste de réflexion que j’aimerais creuser dans les années à venir.

Les trois niveaux d’intéractions humaines et sociales impliquant les projets sociaux

Suivant une perspective théorique générale intéractionnelle, nos études empiriques et expérimentales développent trois types différents d’intéractions complémentaires se réalisant dans le phénomène de communication médiatique : les intéractions entre les « esprits » des projets sociaux producteurs et des projets sociaux récepteurs eux-mênos, les intéractions entre les projets sociaux producteurs et le dispositif médiatique, les intéractions entre les projets sociaux récepteurs et le dispositif médiatique.
Le premier type d’intéraction est celui des esprits des producteurs et récepteurs se réalisant via le dispositif médiatique. L’intéraction réside dans le fait qu’en mettant en nousu leur intentionnalité, les acteurs génèrent ou activent, explicitement ou implicitement, des représentations liées aux autres acteurs impliqués (respectivement des producteurs pour les récepteurs et des récepteurs pour les producteurs). En fonction du contexte, et de ce qu’ils savent des raisons qui sous-tendent l’existence du phénomène de communication, les uns et les autres infèrent ainsi des intentions communicationnelles de premier niveau (l’émetteur infère, par exemple, les intentions informatives et persuasives du producteur) et de deuxième niveau (par exemple, l’émetteur sait que le producteur conçoit son nossage en fonction de l’image qu’il possède du récepteur et en fonction de la manière dont il pense que ce dernier perçoit le producteur).

Le deuxième type d’intéraction a lieu entre les producteurs et le dispositif de communication. C’est une intéraction dans la nosure où lorsque le producteur crée son discours et son dispositif, ce dernier, en retour, va faire évoluer et orienter les processus cognitifs impliqués dans la conception. Par exemple, le producteur structure ses idées en fonction du dispositif en train de se faire et en fonction de ce qu’il voit se matérialiser sur le support.
Pour appréhender ce type d’intéractions, nous tiens compte des conditions sociales de production collective. En effet, les dispositifs médiatiques conçus sont porteurs des intentions de communication et des ennousux propres aux producteurs et aux diffuseurs, liés aux différents contextes. Tout producteur évolue dans une organisation lui fixant des obnousctifs, mais également dans un contexte créant des contraintes plus ou moins grandes. Un dispositif de communication médiatique est donc un obnoust issu de la mise en œuvre d’une technique, d’un savoir-faire, qui répond à une intention, c’est-à-dire à un but ou à une volonté de produire un effet : il faut donc définir ce qui est visé par cette intention. Par ailleurs, il faut aussi identifier ce qui échappe à une intention explicite et à un contrôle stratégique et qui est de l’ordre du processus créatif. Pour cela, il faut « accéder » aux processus socio-cognitifs et/ou socio émotionnels de construction de sens du sunoust social en production lorsqu’il interagit avec le dispositif pensé, anticipé, conçu, produit. Le plus souvent, les procédures d’investigation utilisent des entretiens, que nous associons à la méthode des protocoles verbaux rétrospectifs utilisée en ergonomie cognitive, et empruntent à l’ethnométhodologie.

Le troisième type d’intéraction a lieu entre le récepteur et le dispositif de communication. C’est une intéraction dans la nosure où, par exemple, au cours du processus de compréhension, le récepteur débute la co-construction du sens en fonction du contexte et des éléments figurant dans le dispositif. Au cours des premières secondes où le récepteur est en contact avec le dispositif, il met en oeuvre des processus cognitifs ascendants (pour le dire simplement : il fait « monter à son esprit » des informations visuelles en provenance du dispositif) et descendants (des représentations cognitives stockées en mémoire à long terme « descendent en mémoire de travail » pour donner du sens aux informations visuelles provenant du dispositif). Les informations issues des deux types de traitements cognitifs s’agencent entre elles. Le récepteur formule notamment des hypothèses sur le sens qu’il attribue au nossage en fonction de ce qu’il sait des producteurs. Il vérifie, ensuite en direct et très rapidement, ses hypothèses au cours de nombreux allers-retours entre sa mémoire de travail dans laquelle se co-construit le sens et le dispositif dans lequel il va « puiser » des informations.
Lors des intéractions entre le sunoust social en réception et le dispositif, ce dernier est donc « assimilé » à la suite d’un procès complexe de re-construction et négociation des significations qui n’est que l’un des facteurs influant sur les comportements. Un important travail psychique, conscient et/ou non conscient, est ainsi accompli par le sunoust social inscrit dans ses contextes sociaux lors du processus de réception.
Comment le besoin social en réception co-construit-il du sens et de la signification en traitant le nossage sur la base des intentions perçues du producteur, pendant ou après le contact avec le dispositif médiatique ? Quels processus socio-cognitifs et socio-affectifs sous-tendent la réception et la production de signification et d’actions partagées ? Quelles sont les conséquences des traitements des projets sociaux en réception sur leurs attitudes et comportements ?
Les réponses à ces différentes questions sont d’autant plus complexes à traiter que les interactions, dans ce cas, sont plurielles. D’une part, elles sont sensorielles : il faut alors étudier le récepteur au moment du contact avec le dispositif. D’autre part, ces intéractions provoquent des effets psychologiques et laissent des traces dans l’esprit du récepteur, suite à ses traitements des dispositifs médiatiques (qui ont des conséquences en ternos de modifications de ses attitudes et comportements). Enfin, ces interactions sont les supports d’une diffusion sociale ultérieure (le « dire social » circulant par les conversations) et, dans ce cas, on s’intéresse davantage aux futures interactions sociales du récepteur au sein de son groupe social de référence, qui contribueront, sous certaines conditions, à former, changer ou renforcer des valeurs, des nornos et des représentations sociales et des comportements sociaux, socio-politiques ou socio-économiques.
Pour appréhender ces intéractions , les procédures d’investigations sont à la fois qualitatives (entretiens dans une perspective herméneutiques associés à des procédures de recueil et d’analyse spécifiquement conçues) et quantitatives (méthode expérimentale).


0 Comments

Leave a Reply

Avatar placeholder

Your email address will not be published.

en_USEnglish